Contribution de l’acidose à la maladie rénale chronique et ses troubles associés

Régine Chambrey (PhD, CR1 CNRS, regine.chambrey@inserm.fr )

L’incidence de la maladie rénale chronique (MRC) a atteint des proportions épidémiques et continue d’augmenter avec la prévalence croissante des maladies métaboliques comme le diabète et l’hypertension artérielle.

reg-cha-fig1-1Figure 1 : Étude réalisée sur 365 patients (Service d’explorations fonctionnelles rénales, CHU de la Réunion). Le % de patients diabétiques augmente avec le degré d’altération de la fonction rénale évaluée par la mesure du débit de filtration glomérulaire (DFG) suggérant que la maladie rénale chronique favorise l’apparition du diabète. IRT : Insuffisance Rénale Terminale.

 

La MRC est caractérisée par la perte progressive de la fonction rénale et les lésions rénales sont irréversibles. Au stade ultime de destruction du rein, les options thérapeutiques sont la dialyse qui est associée à une morbidité et une mortalité augmentée, et la transplantation rénale qui est limitée par l’offre d’organes compatibles. Par conséquent, de nouvelles thérapeutiques sont requises pour freiner l’évolution de la MRC afin d’améliorer la survie et la qualité de vie des patients.

L’acidose est une complication inéluctable de la MRC et semble accélérer la destruction rénale. Inversement, la supplémentation orale en alcalins ralentit la progression de la maladie.

La MRC est également fréquemment associée à des troubles de l’homéostasie du glucose. Un nombre croissant d’études épidémiologiques montre que le % de patients diabétiques augmente avec le degré d’altération de la fonction rénale suggérant que la MRC favorise l’apparition du diabète. D’ailleurs, l’acidose favorise l’apparition d’un état de résistance à l’insuline qui précède l’apparition du diabète.

 

reg-cha-fig2-1Figure 2 : Coloration au Periodic Acid Schiff sur rein de souris acidotique. L’image montre la présence anormale de vacuoles intracytoplasmiques dans les cellules tubulaires proximales.

 

 

Notre objectif est de comprendre les mécanismes moléculaires qui sous-tendent les effets de l’acidose dans la progression de la MRC et les anomalies de l’homéostasie du glucose induites par la MRC.

 

Publications

  • Karen I. Lopez-Cayuqueo et al. A Mouse Model of pseudohypoaldosteronism type II Reveals a Novel Mechanism of Renal Tubular Acidosis. Kidney Int. 2018; 94:514-523.
  • Sinning A et al. Double knockout of the Na+-Driven Cl/HCO3 exchanger and NaCl cotransporter induces hypokalemia and volume depletion. J Am Soc Nephrol. 2016 ; 28(1):130-139.
  • Gueutin V et al. Pivotal role of β-intercalated cells in maintaining body fluid and electrolyte balance. J Clin Invest. 2013 ; 123(10):4219-31.
  • Chambrey R et al. Renal intercalated cells are rather energized by a proton than a sodium pump. Proc Natl Acad Sci U S A. 2013;110(19):7928-33.

 
 
 
(retour page d’introduction équipe 2)