Inauguration de la salle “Dominique Stéhelin”

Ce lundi 09 septembre, inauguration de la salle “Dominique Stéhelin” dans les locaux de l’UMR8199 en présence de sa famille, ses anciens collègues et amis. img_20190909_161146

Dominique Stéhelin (1943 – 2019) a été une des grandes figures de la recherche locale, nationale et internationale sur les oncogènes. Sa première contribution majeure dans le domaine remonte aux années 1972-1975 en tant que chercheur avec Dr. Michael Bishop à San Francisco, il a contribué à la découverte du premier oncogène. Il a ensuite créé et dirigé plusieurs équipes et unités de recherche Inserm ou CNRS à l’Institut Pasteur de Lille. Les travaux qu’il a dirigés ont fait l’objet de plus de 220 articles originaux dans des revues scientifiques internationales ou des ouvrages. Dominique a également obtenu de nombreux prix scientifiques et distinctions, notamment le grand prix de l’Académie des Sciences, le prix Louis Jeantet, ainsi que la Légion d’honneur. C’est sous son impulsion que l’Institut de Biologie de Lille a été créé. Dominique en a été le directeur de 1996 à 1999. Plusieurs années après, sous la tutelle du laboratoire du Prof. Philippe FROGUEL, Dominique a poursuivi ses travaux avec une passion et un enthousiasme qui l’ont caractérisé tout au long de sa carrière scientifique.

img_4776img_4774 img_4778

Precidiab : Philippe Froguel transforme son projet d’IHU en “centre national de médecine personnalisée” sur le diabète

Revue de presse : Dépêche AEF – mardi 14 mai 2019

Philippe Froguel transforme son projet d’IHU en “centre national de médecine personnalisée” sur le diabète

Après un “accouchement difficile”, Philippe Froguel annonce la naissance à Lille de PreciDIAB, un “centre national de médecine personnalisée” dédié au diabète. Le chercheur, candidat malheureux à l’appel à projets IHU 2, s’est battu pour obtenir une reconnaissance dans le cadre du programme d’investissements d’avenir. Il a reçu fin avril 2019 une promesse de financement de l’ANR à hauteur de 5 M€. Son projet, recalibré pour durer 5 ans au lieu de 10, est soutenu par les collectivités locales : la Métropole de Lille devrait y consacrer 10 M€ et la région Hauts-de-France jusqu’à 5 M€.

Philippe Froguel, professeur d’endocrinologie-diabétologie à l’université de Lille et en médecine génomique à l’Imperial College de Londres. © Inserm / Patrice Latron

“La fin d’une errance”. C’est en ces termes que Philippe Froguel évoque le lancement de PreciDIAB, son projet d’IHU transformé en “centre national de médecine personnalisée”. “Cette errance s’explique par les dissensions au sein du gouvernement sur ce que devaient être les IHU”, rappelle ce spécialiste mondial du diabète, professeur à l’université de Lille et à l’Imperial College de Londres.

Pour mémoire, Philippe Froguel est monté en première ligne fin 2017 lorsque l’appel à projets IHU 2 a été reporté (lire sur AEF info). Dans un deuxième temps, son dossier n’a pas été labellisé IHU mais a été “distingué” par le jury. Cette reconnaissance partielle a conduit le gouvernement à promettre en septembre 2018 un financement de 5 M€ (lire sur AEF info), confirmé par une notification de l’ANR le 23 avril 2019.

“Avant de débloquer ces 5 M€, l’État nous a demandé de faire la preuve qu’on pouvait mobiliser d’autres fonds, par un effet levier”, explique Philippe Froguel, joint par AEF info vendredi 10 mai 2019. “J’ai rencontré dès octobre 2018 l’université de Lille, le CHU de Lille et la fondation qui porte l’isite. On m’a répondu : allez-y mais on n’a pas un sou à mettre dans le projet. On nous a laissés continuer tout seul”, relate-t-il. Le chercheur dépose alors un dossier dans le cadre de l’appel à projets RHU. Sans succès.

Les collectivités s’engagent

Mais les collectivités croient encore au projet. La MEL (métropole européenne de Lille) réaffirme sa volonté de créer sur son territoire le “premier pôle de recherche mondial sur le diabète” (lire sur AEF info). Damien Castelain, son président (sans étiquette), fait voter une première subvention de 1,8 M€ en juin 2018 (lire sur AEF info). Et s’engage à débloquer 10 M€ supplémentaires – une promesse qui devrait être confirmée par les conseillers métropolitains en septembre 2019.

Au même moment, la région Hauts-de-France se dit prête à verser entre 3 et 5 M€ pour PreciDIAB, à condition que le projet ne se limite pas au site lillois. Philippe Froguel y voit le moyen de combler “les trous dans la raquette”. “En septembre, les néphrologues du CHU de Lille s’étaient retirés du projet”, rapporte-t-il. “Nous avons gardé les plus motivés au CHU de Lille – les spécialistes de cardiologie, de neurologie et bien sûr du diabète – et je me suis tourné vers le CHU d’Amiens, pour organiser le suivi des patients, et vers les hôpitaux de la Catho de Lille”. Au final, Amiens métropole verse 1 M€ dans le pot commun.

Du labex Egid au projet preciDIAB

Lille cherche à devenir une référence mondiale sur le diabète depuis le lancement en 2009 de l’institut Egid (European genomic institute for diabetes). Monté par un trio de chercheurs – dont Philippe Froguel (lire sur AEF info) – ce projet s’est concrétisé par la construction d’un bâtiment dédié sur le campus du CHU de Lille. Mais Egid est aussi un labex (qui vient d’être renouvelé jusqu’en 2025) qui fonctionne en lien avec l’équipex Ligan, une plate-forme de séquençage du génome humain. Le projet PreciDIAB, qui envisage “une approche holistique personnalisée du patient diabétique et de son traitement”, s’inscrit dans cette dynamique.

Un budget de 25 M€ sur 5 ans

“En additionnant les 5 M€ de l’État, les 15 M€ des collectivités et les financements que nous irons chercher notamment auprès de l’Europe, nous pouvons compter sur un budget prévisionnel de 25 M€ sur cinq ans”, calcule Philippe Froguel. Soit exactement la moitié de ce qui était prévu, le dossier d’IHU tablant sur 50 M€ sur dix ans.

“Il a fallu sortir chacun de sa chacunière. Cela reste parfois difficile de faire prévaloir l’intérêt général.”

Philippe Froguel

Les financements transiteront par l’isite. “Nous aurons un fonctionnement en mode projet équivalent à celui d’un labex”, résume le chercheur, qui dirigera PreciDIAB. L’accord de consortium sera rédigé dans les prochains mois mais l’ANR réclame la liste définitive des partenaires avant le 11 juin. Le CHU de Lille, l’université de Lille, l’Institut Pasteur de Lille, le CHU d’Amiens, l’université de Picardie, la “Catho” de Lille seront partie prenante, ainsi que “probablement” l’Inserm et le CNRS. Le parc d’activité Eurasanté, la fédération française des diabétiques et la société francophone du diabète sont associés au projet.

“Pour en arriver là, il a fallu sortir chacun de sa chacunière”, grince Philippe Froguel, citant l’ancien maire de Lille Pierre Mauroy. “Cela reste parfois difficile de faire prévaloir l’intérêt général, chacun ayant tendance à camper sur des positions qui paraissent antédiluviennes, comme l’opposition entre l’université de Lille et la Catho ou la rivalité entre Lille et Amiens”, souligne-t-il.

La prise en compte des critiques du jury

Dans sa nouvelle mouture, le projet PreciDIAB prend en compte les critiques formulées par le jury des IHU, en mettant davantage l’accent sur :

  • la prévention de l’obésité chez les jeunes enfants et chez les populations à risque, l’obésité étant un facteur de développement du diabète.
  • le traitement du diabète de type 2.
  • le suivi de cohortes de patients.

“L’objectif est de démontrer l’intérêt et la possibilité de la médecine personnalisée”, résume Philippe Froguel, qui revendique le terme de “centre national de médecine de précision”. “Nous anticipons un changement total du parcours de soins pour 4 millions de diabétiques et 2 millions de prédiabétiques”.

L’appui des industriels

Dans la continuité du cahier des charges des IHU, PreciDIAB s’appuiera sur les industriels, réunis pour la première fois le 21 mars. “Nous avons commencé à discuter de la création de labos et de programmes communs, notamment avec le secteur de l’agroalimentaire”, relate Philippe Froguel. “C’est une grosse surprise parce que je pensais que rien ne se passerait avant qu’on soit opérationnels”, avoue-t-il. Il y a cependant un absent : “La holding de Sanofi à Paris, l’une des pierres angulaires du projet d’IHU, ne donne plus de nouvelles depuis que Sanofi International a annoncé son retrait de la recherche sur le diabète”.

Je me suis fait traiter d’ingérable et d’incontrôlable, ce qui ne fait pas avancer les choses”

Philippe Froguel

“La gestation de ce projet a été longue parce que l’État ne nous a pas vraiment aidés en hésitant sur ce qu’il voulait faire des IHU”, conclut Philippe Froguel. “Il est frappant que le seul projet financé dans le cadre de l’appel IHU 2 soit développé avec un hôpital privé en lien avec des start-up aux États-Unis. En France, malgré le discours libéral ambiant, l’environnement est très conservateur. Je me suis fait traiter d’ingérable et d’incontrôlable, ce qui ne fait pas avancer les choses. Innover en France, être une tête chercheuse, cela reste difficile”.

 

Precidiab dans les starting-blocks !

Revue de presse : La Voix Du Nord, dimanche 12 mai 2019

“Precidiab dans les starting-blocks, l’ambition d’une médecine nouvelle face au diabète”

https://www.lavoixdunord.fr/581649/article/2019-05-12/precidiab-dans-les-starting-blocks-l-ambition-d-une-medecine-nouvelle-face-au